L'eau, notre métier

Vous êtes ici : Roannaise de l'eau >

Actualités

+Appel à projet : auberge des barrages à Renaison

Roannaise de l'Eau recherche un prestataire pour la location-gérance de l'auberge des barrages située à Renaison.

Un site exceptionnel…

Les Barrages du Chartrain (La Tâche) et du Rouchain sont situés sur la commune de Renaison, à proximité l'un de l'autre. C'est un lieu privilégié des promeneurs.
Le premier, construit de 1888 à 1891, est un ouvrage d'art en pierre de taille délicatement enchâssé dans un écrin de verdure. C'est un barrage voûte et serait, semble-t-il, un des plus anciens barrages voûte de France mis en eau en 1892. C'est en bordure de ce barrage que s'élève un des arbres les plus hauts de France, un Douglas de 53 m et d'un volume de 22 m3. Le second, édifié en 1976, est un imposant ouvrage en enrochement, c'est un barrage poids. L’ensemble est inscrit dans un parc ombragé qui apporte fraicheur aux Roannais en période estivale. Ces deux barrages alimentent Roanne et la plaine Roannaise en eau potable grâce à une toute nouvelle usine de traitement d’eau potable située à leurs pieds. Cette usine présente la particularité de couvrir la totalité de ses besoins en énergie et d’assurer un traitement gravitaire de l’eau jusqu’à une production d’environ 40 000m3/j, soit largement plus que les besoins actuels du bassin de vie Roannais.

Une Maison de l’Eau est ouverte chaque année en période estivale dans l’ancienne chambre des vannes du barrage du Chartrain afin de promouvoir une gestion durable de cette ressource vitale. Les scolaires de la région Roannaise sont invités régulièrement sur ce site au printemps.

Un parc de loisirs, situé à proximité de la nouvelle usine, offre à ses visiteurs la possibilité de se divertir à l’appui d’un mini-golf, d’une promenade à dos d’ânes et de divers autres jeux de plein air. Les familles du Roannais sont très attachées à ce site en période estivale.

Enfin, ce site est le lieu de convergence de différentes randonnées depuis les Grands Murçins ou depuis la montagne bourbonnaise.
Ce site des barrages de Renaison est un lieu qui incite à la détente.

Découvrez le site des barrages comme si vous y étiez :

La nouvelle auberge …

Le choix de proposer une restauration de type restauration simple permettra de proposer un service plus ciblé vers les familles ou les randonneurs.
Ce bâtiment dispose d'une vue directe sur toutes les autres constructions du site : nouvelle usine, maison de l’eau et évidemment les barrages du Chartrain et du Rouchain. Il s’inscrit par ailleurs dans une zone particulièrement ombragée. L'ensemble est accessible par une rampe dédiée aux personnes à mobilité réduite et un escalier.

Une restauration simple, accessible et de qualité est attendue.

Vous pouvez télécharger le cahier des charges ci-dessous.

Téléchargement

Appel à projet

+Roannaise de l'Eau lauréat des Trophées de l'Eau

L’Agence de l’Eau Loire Bretagne a révélé ce mardi 20 juin à Orléans le nom des 11 lauréats qui ont été primés par les Trophées de l’eau 2017. Roannaise de l’Eau a remporté le prix spécial du jury pour sa gestion alternative des eaux de pluie en roannais.

Le prix spécial du jury

1220724223_108_dsc_0260-min.jpg

Les trophées récompensent des actions exemplaires pour apporter des solutions aux problèmes de l’eau : pollutions, gaspillages, rivières dégradées… L’objectif est de promouvoir les bonnes pratiques et inspirer des projets similaires pour améliorer la qualité de l’eau et des milieux aquatiques.
Parmi les 44 candidatures reçues par le jury, 11 lauréats ont été récompensés sur tout le bassin Loire-Bretagne.

Roannaise de l’Eau a reçu le prix spécial du jury pour sa gestion alternative des eaux pluviales, dans la catégorie «Préserver l’eau, l’économiser et lutter contre sa pollution ».

 

Découvrez la vidéo :

Vidéo trophées de l'eau

La démarche de Roannaise de l’Eau

image gauche

Une remise en cause de la gestion «traditionnelle» des eaux de pluie

Lorsqu’elles ruissellent sur les surfaces imperméables, comme les routes, les parkings, les trottoirs ou les toitures, les eaux de pluie se chargent en pollution (déjection canine, flaque d’huile, etc.).
Elles ont longtemps été collectées en réseau unitaire, c’est à dire avec les eaux usées issues des activités domestiques (sanitaires, vaisselle par exemple) et industrielles, avec pour objectif d’être ensuite épurées en station de traitement pour être rejetées sans risque dans le milieu naturel. Or en cas de fortes pluies, le flot important ne peut pas être pris en charge intégralement par les stations d’épuration. Une partie des eaux usées et pluviales est donc directement rejetée au milieu naturel sans avoir été dépolluée.
Dans d’autres cas, les eaux pluviales sont collectées dans un réseau à part (réseau séparatif) pour être ensuite rejetées aux cours d’eau sans traitement.

Cette gestion par le «tout tuyau» trouve aujourd’hui ses limites, notamment en raison de l’accroissement des phénomènes météorologiques violents.

 

Développement d’une politique volontariste de gestion « intégrée » des eaux pluviales

A Roanne, 20 % des effluents ne sont pas traités par temps de pluie. La règlementation impose de descendre à 5 % à l’horizon 2025 afin de limiter l’impact des polluants sur nos milieux aquatiques.
L’impact financier de l’aménagement de bassins de pollution est estimé entre 50 et 100 millions d’euros. Le territoire n’a pas la capacité d’injecter autant d’argent pour gérer ce problème qu’il est possible d’appréhender autrement.

Roannaise de l’Eau a ainsi décidé depuis 2009 de mettre en place une politique de gestion intégrée des eaux pluviales dont le coût est 10 à 100 fois inférieur. Il s’agit de limiter au maximum le ruissellement de ces eaux en réduisant les surfaces imperméabilisées pour permettre à l’eau de s’infiltrer là où elle tombe.  
Pour respecter la règlementation à un coût supportable, des objectifs ambitieux sont en cours de validation. Cela consiste à déconnecter du réseau d’eaux usées 150 000 m³, soit 22 hectares de surfaces imperméabilisées par an.

A travers son schéma directeur de gestion des eaux pluviales, Roannaise de l’Eau définira les secteurs à déconnecter du réseau en priorité. Le recours aux techniques alternatives de gestion des eaux de pluie est et sera alors privilégié chaque fois que cela est possible. Car même si la mise en séparatif constitue également une solution, elle est plus onéreuse et ne contribue pas à la réduction du ruissellement des eaux pluviales. Or, tout ce qui pourra être infiltré ou restitué au plus près de la chute de la goutte d’eau sera bénéfique pour demain.

 

Préparer demain dès aujourd’hui

Roannaise de l’Eau accompagne et conseille les élus, les maîtres d’ouvrage et les particuliers pour tous les projets de construction ou d’aménagement de l’existant.
De même, tout est mis en œuvre pour que les Plans Locaux d’Urbanisme des communes de son territoire imposent prioritairement l’infiltration des pluies pour tous les projets d’urbanisation.
Par ces préconisations et prescriptions, mais aussi au travers de ses propres chantiers, Roannaise de l’Eau entend bien généraliser une démarche et une politique collective responsables sur ce sujet.

 

Une noue est l’une des techniques alternatives proposée par Roannaise de l’Eau. C’est un fossé végétalisé, favorisant le stockage, l’infiltration et la régulation des eaux de pluie.

 

> Plus d'infos sur les techniques alternatives de gestion des eaux pluviales