L'eau, notre métier

Vous êtes ici : Roannaise de l'eau >

Actualités

+Adhésion d'Ambierle pour la compétence Eau potable

Le Comité Syndical du mercredi 13 septembre a examiné la demande d'adhésion de la commune d'Ambierle à Roannaise de l'Eau pour la compétence Eau potable.
Le Conseil Municipal de la commune avait en effet délibéré favorablement le 7 juillet pour transférer la gestion de la production et la distribution de l'eau potable au syndicat du Cycle de l'eau.
Les élus du Comité ont approuvé la demande, estimant que cette démarche permettait d'anticiper sur un transfert qui deviendrait obligatoire à l'horizon 2020, compte tenu des dispositions réglementaires en matière de gestion du cycle de l'eau.

Comme pour les précédentes adhésions, Roannaise de l'Eau n'exigera pas d'état des lieux du réseau et des infrastructures, considérant clairement la réponse du Comité sur le seul angle politique. Il est toutefois demandé à la commune que l'intégralité des résultats du service public soit transféré en même temps que les installations.

Après une période obligatoire de consultation des communes membres de Roannaise de l'Eau, ses statuts pourront être modifiés. Elle pourra alors exercé la compétence Eau potable sur la commune d'Ambierle à compter du 1er janvier 2018.

 

De nombreux avantages pour les usagers

C'est tout d'abord le montant de la facture (part eau potable) qui va considérablement diminué.
A titre d'exemple, pour une facture type de 120 m3/an (part eau, tarifs au 01/01/2017).

 

Le public pourra également bénéficier d'un service clientèle dédié avec des démarches dématérialisées, d'une astreinte spécialisée 24h/24, d'un contrôle accru de la qualité de l'eau distribuée, etc.

 

La gestion à compter du 1er janvier 2018

Toutes les interventions techniques, gestion des abonnements, facturation, demandes des abonnés, etc. liées à l'eau potable, comme en assainissement collectif ou non, seront directement traitées par le Syndicat du Cycle de l'Eau. L'eau et l'assainissement collectif feront désormais l'objet d'une seule facture établie par Roannaise de l'Eau.
Roannaise de l'Eau devient ainsi le seul interlocuteur pour les usagers de la commune d'Ambierle.

Un courrier sera adressé d'ici la fin de l'année à l'ensemble des abonnés de la commune d'Ambierle afin de leur communiquer les coordonnées et horaires d'ouverture du syndicat, ainsi que des informations relatives à la facturation (rythme, tarifs, moyens de paiement, etc.).
Il leur sera également proposé de souscrire à la mensualisation ou au prélèvement automatique à échéance de leur facture.

+Sécheresse : limitation de certains usages de l'eau

Le Préfet de la Loire a pris un arrêté, ce 25 août dernier, portant sur la limitation provisoire de certains usages de l'eau et dont les dispositions sont en vigueur jusqu'au 30 septembre 2017.
Cette mesure a pour objectif de prévenir toute pénurie des ressources en eau, compte tenu de la sécheresse actuelle afin notamment de préserver la santé, l'alimentation en eau potable, l'alimentation en eau du bétail et les écosystèmes aquatiques.

Les communes concernées

Les 12 communes gérées par Roannaise de l'Eau pour la compétence Eau potable sont concernées par cet arrêté.

En effet, Mably, Pouilly les Nonains, Renaison, Riorges, Roanne, St Alban les Eaux, St Haon le Châtel, St Haon le Vieux, St Léger sur Roanne, St Rirand et Villerest sont classées en alerte.
La commune du Coteau a atteint le seuil sécheresse d'alerte renforcée.

Des usages restreints

Cet arrêté prévoit des mesures de limitation des usages de l'eau en fonction du seuil de sécheresse retenu.

A titre d'exemple, en situation d'alerte, sont interdits :
- l'arrosage des pelouses,
- celui des jardins potagers, plantations arborées, des massifs fleuris entre 10h et 18h,
- le lavage des véhicules hors des stations professionnelles, sauf pour les véhicules ayant une obligation sanitaire ou technique,
- le remplissage, la remise à niveau, le renouvellement de l'eau des piscines privées à usage familial.

En cas d'alerte renforcée, l'arrosage des massifs fleuris devient interdit ; celui des jardins potagers est seulement autorisé entre 20h et 8h par exemple.
 

Ces restrictions s'appliquent à l'eau issue des puits, rivières, sources et nappes souterraines.
Ainsi, l'utilisation de l'eau en provenance de nos barrages et qui arrive via nos réseaux publics de distribution à votre robinet n'est pas concernée par ces mesures de limitation ou suspension.

 

+Roannaise de l'Eau lauréat des Trophées de l'Eau

L’Agence de l’Eau Loire Bretagne a révélé ce mardi 20 juin à Orléans le nom des 11 lauréats qui ont été primés par les Trophées de l’eau 2017. Roannaise de l’Eau a remporté le prix spécial du jury pour sa gestion alternative des eaux de pluie en roannais.

Le prix spécial du jury

1220724223_108_dsc_0260-min.jpg

Les trophées récompensent des actions exemplaires pour apporter des solutions aux problèmes de l’eau : pollutions, gaspillages, rivières dégradées… L’objectif est de promouvoir les bonnes pratiques et inspirer des projets similaires pour améliorer la qualité de l’eau et des milieux aquatiques.
Parmi les 44 candidatures reçues par le jury, 11 lauréats ont été récompensés sur tout le bassin Loire-Bretagne.

Roannaise de l’Eau a reçu le prix spécial du jury pour sa gestion alternative des eaux pluviales, dans la catégorie «Préserver l’eau, l’économiser et lutter contre sa pollution ».

 

Découvrez la vidéo :

Vidéo trophées de l'eau

La démarche de Roannaise de l’Eau

image gauche

Une remise en cause de la gestion «traditionnelle» des eaux de pluie

Lorsqu’elles ruissellent sur les surfaces imperméables, comme les routes, les parkings, les trottoirs ou les toitures, les eaux de pluie se chargent en pollution (déjection canine, flaque d’huile, etc.).
Elles ont longtemps été collectées en réseau unitaire, c’est à dire avec les eaux usées issues des activités domestiques (sanitaires, vaisselle par exemple) et industrielles, avec pour objectif d’être ensuite épurées en station de traitement pour être rejetées sans risque dans le milieu naturel. Or en cas de fortes pluies, le flot important ne peut pas être pris en charge intégralement par les stations d’épuration. Une partie des eaux usées et pluviales est donc directement rejetée au milieu naturel sans avoir été dépolluée.
Dans d’autres cas, les eaux pluviales sont collectées dans un réseau à part (réseau séparatif) pour être ensuite rejetées aux cours d’eau sans traitement.

Cette gestion par le «tout tuyau» trouve aujourd’hui ses limites, notamment en raison de l’accroissement des phénomènes météorologiques violents.

 

Développement d’une politique volontariste de gestion « intégrée » des eaux pluviales

A Roanne, 20 % des effluents ne sont pas traités par temps de pluie. La règlementation impose de descendre à 5 % à l’horizon 2025 afin de limiter l’impact des polluants sur nos milieux aquatiques.
L’impact financier de l’aménagement de bassins de pollution est estimé entre 50 et 100 millions d’euros. Le territoire n’a pas la capacité d’injecter autant d’argent pour gérer ce problème qu’il est possible d’appréhender autrement.

Roannaise de l’Eau a ainsi décidé depuis 2009 de mettre en place une politique de gestion intégrée des eaux pluviales dont le coût est 10 à 100 fois inférieur. Il s’agit de limiter au maximum le ruissellement de ces eaux en réduisant les surfaces imperméabilisées pour permettre à l’eau de s’infiltrer là où elle tombe.  
Pour respecter la règlementation à un coût supportable, des objectifs ambitieux sont en cours de validation. Cela consiste à déconnecter du réseau d’eaux usées 150 000 m³, soit 22 hectares de surfaces imperméabilisées par an.

A travers son schéma directeur de gestion des eaux pluviales, Roannaise de l’Eau définira les secteurs à déconnecter du réseau en priorité. Le recours aux techniques alternatives de gestion des eaux de pluie est et sera alors privilégié chaque fois que cela est possible. Car même si la mise en séparatif constitue également une solution, elle est plus onéreuse et ne contribue pas à la réduction du ruissellement des eaux pluviales. Or, tout ce qui pourra être infiltré ou restitué au plus près de la chute de la goutte d’eau sera bénéfique pour demain.

 

Préparer demain dès aujourd’hui

Roannaise de l’Eau accompagne et conseille les élus, les maîtres d’ouvrage et les particuliers pour tous les projets de construction ou d’aménagement de l’existant.
De même, tout est mis en œuvre pour que les Plans Locaux d’Urbanisme des communes de son territoire imposent prioritairement l’infiltration des pluies pour tous les projets d’urbanisation.
Par ces préconisations et prescriptions, mais aussi au travers de ses propres chantiers, Roannaise de l’Eau entend bien généraliser une démarche et une politique collective responsables sur ce sujet.

 

Une noue est l’une des techniques alternatives proposée par Roannaise de l’Eau. C’est un fossé végétalisé, favorisant le stockage, l’infiltration et la régulation des eaux de pluie.

 

> Plus d'infos sur les techniques alternatives de gestion des eaux pluviales