L'eau, notre métier

Vous êtes ici : Compétences >

Milieux aquatiques

+Zéro pesticide

Les différentes campagnes d’analyses sur la qualité de l’eau réalisées sur nos cours d’eau en 2012 ont démontré la présence de 36 molécules de type phytosanitaire utilisées essentiellement comme herbicides.

  • Un effet toxique pour les organismes aquatiques

Les organismes aquatiques sont très vulnérables à ce type de produit et l’impact peut se révéler conséquent.

  • Un danger pour la santé de l’homme

L’utilisation de pesticides est néfaste pour l’homme que ce soit en raison d’une exposition directe (contact lors de la manipulation du produit) ou indirecte (par l’eau, l’alimentation). Leur utilisation de manière prolongée augmenterait le risque de développer certaines maladies.

Adopter la démarche zéro phyto

Il n’y a pas de mauvaises herbes naturellement, elles sont souvent complémentaires et peuvent offrir des services insoupçonnés. Alors, pourquoi ne pas les laisser ?
Dans le cas contraire, demandez-vous si le traitement chimique est la seule technique efficace.

En effet, il existe des méthodes naturelles d’entretien pour préserver notre santé, protéger les ressources en eau et favoriser la biodiversité, comme par exemple :

  • le paillage qui limite le développement des herbes folles et garde le sol humide,
  • le désherbage à l’eau bouillante qui est efficace, à condition de ne pas attendre d’être envahi,
  • alternez les cultures en évitant de planter au même endroit deux espèces de la même famille deux années de suite, vous éviterez ainsi les maladies et attaques d’insectes,
  • faites votre compost 100% naturel.

C’est en s’intéressant à ce problème sanitaire et écologique que de nombreuses communes et agriculteurs du territoire se sont engagés dans la démarche « zéro phyto dans nos villes et nos villages » initiée par la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature.

Réglementation

Les dispositions réglementaires (notamment la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17/08/2015) durcissent progressivement l’usage des pesticides et visent à en interdire leur utilisation.

Échéances réglementaires :

2017 : interdiction pour les structures publiques d’utiliser des produits phytosanitaires dans les voiries, dans les espaces verts, forêts et promenades ouvertes au public.

1er janvier 2019 : les particuliers n’auront plus le droit d’utiliser les produits phytosanitaires.

Les produits de biocontrôle, qualifiés à faible risque ou dont l’usage est autorisé dans le cadre de l’agriculture biologique, pourront être utilisés.

 

A savoir : les Zones de Non Traitement (ZNT) doivent être respectées par tous. Ainsi, il est interdit de traiter à moins de 5 m minimum d’un cours d’eau ou d’une pièce d’eau (mare, étang) et 1 m minimum d’un fossé ou d’un puits. Attention, certains produits imposent des distances de retrait plus importantes en fonction de leur dangerosité, il est donc très important de lire attentivement les étiquettes des produits.

+Roannaise de l'Eau, pilote du contrat de rivières

Roannaise de l'Eau, en fusionnant avec le SYRTOM (Syndicat Mixte Renaison Teyssonne Oudan Maltalverne)  au 1er janvier 2015, acquiert une compétence supplémentaire, la gestion des milieux aquatiques.

Ce nouveau domaine d'intervention consiste en la mise en place d'actions de réhabilitation et de valorisation des cours d'eau de 4 bassins versants (surfaces d'alimentation des cours d'eau) de notre territoire : le Renaison, la Teyssonne, l'Oudan et le Maltaverne.

L'équipe rivières réalise par exemple des travaux de restauration et entretien de la végétation, la régulation des plantes envahissantes, la stabilisation des berges et du lit, les aménagements de clôtures et d'abreuvoirs afin de protéger les milieux aquatiques ainsi que les aménagements piscicoles. L'exercice de ces missions se fait dans le cadre du contrat de rivières qui porte le nom de ces 4 cours d'eau.

Le contrat de rivières Renaison Teyssonne Oudan Maltaverne

Il s'agit d'un dispositif contractuel portant sur les actions à développer pour atteindre le bon fonctionnement écologique de ces cours d'eau. Des études préalables menées sur le territoire ont permis de poser un état des lieux précis et de définir alors le programme de ces actions.Logo contrat de rivières

A travers cet outil, ce sont les acteurs de l'eau du territoire qui se mobilisent ensemble autour du projet commun de poursuivre et améliorer la gestion de l'eau sur le territoire en adéquation avec la Directive Cadre sur l'Eau de 2000.

Ce contrat a été signé le 12 novembre 2014 pour une durée de 5 ans et est désormais piloté par Roannaise de l'Eau.

Les partenaires : Roannaise de l'Eau, Agence de l'Eau Loire Bretagne, Région Rhône-Alpes, Conseil Départemental de la Loire, l'Etat, Roannais Agglomération, Charlieu Belmont Communauté, Syndicat des Eaux, Fédération de pêche de la Loire, Syndicat Mixte des Monts de la Madeleine, associations locales (usagers, naturalistes) et bien évidemment les 26 communes des bassins versants.

Les objectifs

L'ensemble des actions du contrat de rivières est organisé autour des 6 objectifs suivants :

  • Améliorer la qualité de l'eau et réduire les pollutions domestiques et agricoles
  • Restaurer, entretenir et mettre en valeur les milieux aquatiques et leurs fonctionnalités
  • Prévenir les risques d'inondation
  • Améliorer la gestion quantitative de la ressource
  • Préserver la biodiversité
  • Communiquer, animer et sensibiliser

+Zones humides

La loi sur l'eau de 1992 indique que "les zones humides sont des terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d'eau douce, ou saumâtre de façon permanente ou temporaire. La végétation, quand elle existe, est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l'année".

Ces zones ont longtemps été considérées comme dangereuses ou insalubres ; elles ont été modifiées, parfois détruites. Pourtant, elles remplissent des fonctions essentielles au maintien des équilibres écologiques et constituent des zones utiles pour la qualité et la régulation de la ressource en eau (effet «éponge» en absorbant les crues qu'elles restituent en été, elles abritent des espèces remarquables de plantes et d'animaux, favorisent la production de fourrages, même lors des périodes de sécheresse...).

Leur sauvegarde est une obligation légale qui relève de l'intérêt général.

 

L'inventaire des zones humides

L'inventaire des zones humides a fait l'objet de plusieurs études. Son contenu est communiqué auprès des décideurs lors de réunions d'information et vai les avis formulés régulièrement par Roannaise de l'Eau sur le Plan Local d'Urbanisme de chaque commune.

L'objectif principal réside en la mise en garde (urbanisation, drainage, etc.) des décideurs, aménageurs et riverains afin de les sensibiliser sur les zones humides à préserver.

431 zones humides ont ainsi été recensées, ce qui représente 1 500 hectares, soit 4% de notre territoire.

 

Zone humide de la Fond Blanche - Les Noës

+Ateliers et Chantiers d'Insertion

Une équipe labellisée ACI

equipe-contrat-de-rivieresL'équipe rivière chargée de la réalisation d'une partie des actions du contrat de rivières emploie des personnes en difficulté professionnelle via des contrats d'insertion afin de les accompagner vers un retour durable dans le monde professionnel. Cette équipe est labellisée Ateliers et Chantiers d'Insertion (A.C.I.).


Roannaise de l'Eau leur offre ainsi la possibilité de réaliser, durant leur emploi, des périodes de mise en situation en milieu professionnel dans une structure de leur choix pour découvrir un métier qui les intéresse.


Des formations qualifiantes, voire diplômantes, leur sont également proposées, en lien ou non avec les milieux aquatiques, dans le but de finaliser un projet professionnel.

Le contrat en chiffres

4 rivières : Le Renaison, la Teyssonne, l'Oudan et la Maltaverne

280 km de cours d'eau

26 communes concernées

5 ans : la durée du contrat de rivières comprenant 250 actions

Site du Contrat de Rivières