L'eau, notre métier

Vous êtes ici : Inf'eau >

Espace Pédagogique

INFORMATION : les visites de la Maison de l'Eau sont actuellement suspendues pour travaux.
Réouverture prévue : été 2020.

Merci de votre compréhension.

+Les cycles de l'eau

Le cycle naturel de l'eau

L’eau est présente partout sur la planète, elle recouvre plus de 75% de sa surface. La majorité de cette eau est salée (97%) et seulement 1% environ de l’eau est disponible pour l’homme : celle des rivières, des lacs, des cours d’eau et des nappes phréatiques. Cette eau se renouvelle continuellement selon un cycle qui se répète perpétuellement entre le ciel et la terre : c’est le cycle naturel de l’eau.

Il se compose de plusieurs étapes : l’évaporation, la condensation, la précipitation, le ruissellement et l’infiltration.

Le cycle domestique de l'eau

L’eau à son état naturel n’est presque jamais bonne à boire, même lorsqu’elle parait très claire, car elle contient des impuretés.

C’est pourquoi il est nécessaire de la traiter pour la rendre potable : cela se fait dans une usine d’eau potable, dite usine de potabilisation. Cette eau devenue potable est alors stockée dans des réservoirs avant d'être distribuée dans les maisons, entreprises, hôpitaux, piscines municipales...

Après utilisation, l’eau n’est plus potable et devient usée. Il faut donc la nettoyer avant de la rejeter dans la nature. Cela se fait principalement dans une station d’épuration.

Ces différents traitements font partie du cycle domestique de l’eau.

Découvrez le film pédagogique du traitement de l'usine d'eau potable :

+Le site des barrages

Au début du XIXème siècle, Roanne ne possédait, avec ses 8 000 habitants, que quelques fontaines d’eau au débit modeste. En 1812, la municipalité roannaise fait alors capter les eaux du Renaison à la hauteur de l’actuelle rue Beaulieu à Riorges afin d’alimenter des fontaines supplémentaires. Puis vers les années 1850, le captage des sources “Les Poupées” se fait dans le quartier de Combray à Riorges. Cette eau est distribuée dans des bornes fontaines. 
Avec la croissance industrielle, les besoins en eau augmentent considérablement, les problèmes de pollution aussi. De plus, les 30 fontaines existantes entre 1860 et 1870 ne suffisent plus car leur débit est insuffisant (11 litres par personne et par jour).

Un peu d'histoire...

6538927932_253_1_1.jpg

1891 : Naissance du barrage du Chartrain
Dès la fin du second empire, la construction d’un barrage pour alimenter Roanne en eau est envisagée. Les différentes études et rapports réalisés à l’époque confirment que l’eau provenant des Monts de la Madeleine est d’une extrême pureté. Le projet est adopté le 2 juin 1885 et la première pierre sera posée le 26 mai 1889.

1965 : Création d’une usine pour une meilleure qualité de l’eau 
Avant la construction de l’usine, l’eau du barrage était simplement filtrée à l’aide de grilles, et du chlore gazeux était ajouté avant distribution.
Dans les années 1960, la qualité de l’eau sur Roanne s’est beaucoup détériorée, notamment en raison des sécheresses, la rendant impropre à la consommation. Aussi, le projet de construction d’une usine de traitement d’eau potable a été inscrit sur le plan d’urgence par la municipalité. 
L’usine, d’une capacité de traitement de 20 000 m3/jour a été construite entre 1962 et 1965.

1976 : Un second barrage pour le roannais
Le barrage du Chartrain, mis en service en 1892, se révèle peu à peu insuffisant avec sa réserve d’eau d’une semaine, pour assurer les besoins grandissants de l’agglomération roannaise en période de sécheresse.
Dès 1961, la Ville de Roanne prend la décision de renforcer très sérieusement les possibilités d’alimentation en eau de l’agglomération. Pour cela, elle prévoit, outre la construction de l’usine d’eau potable et la pose de canalisations principales supplémentaires, la construction d’un nouveau barrage dans la vallée du Rouchain près du “Rocher de Pysse-Lance”.

2014 : Une nouvelle usine d’eau potable
En 2009, le schéma directeur d’eau potable met en évidence la nécessité de construire une nouvelle usine de traitement d’eau potable, plus performante et avec une plus grande capacité de traitement. A l’horizon 2028, les besoins futurs du roannais en eau potable sont estimés à 40 000 m3/jour en situation de pointe.

Production d’électricité
Depuis 2015, Roannaise de l’Eau valorise l’énergie potentielle des barrages grâce à 2 turbines installées dans les galeries. Le débit de l’eau actionne une turbine qui crée une énergie mécanique. Cette turbine est reliée à un alternateur qui produit de l’électricité. C’est une énergie renouvelable qui représente un faible coût d’exploitation. La production électrique couvre les dépenses énergétiques de l’usine en intégralité. Ainsi, la nouvelle usine d’eau potable de Roannaise de l’Eau est la 1ère en France à présenter un bilan énergétique neutre.

>> Accéder à la brochure sur nos barrages

Le géant de France

image gauche

Les barrages sont entourés par la forêt des Monts de la Madeleine, soit 30 000 hectares boisés ; le douglas étant l’arbre le plus représenté dans cette forêt. 
Un de ces douglas se trouve être le plus haut de France et l’un des plus hauts d’Europe à avoir été mesuré. Il mesure 66,44 m de haut ! 
Ce Douglas Président (appellation traditionnellement donnée à l’arbre le plus haut de la forêt) a été planté en 1892, avec plus d’une centaine d’autres, au pied de la « maison des gardes » près du barrage du Chartrain,  juste après leur construction. 

Plusieurs campagnes d’exploitation forestière ont été menées depuis, mais ce petit groupe de conifères a toujours été préservé, pour sa beauté et son histoire. 
Ils servirent même durant plusieurs années comme semenciers sur le référentiel de l’ONF (Office National des Forêts).

 

Circuit de randonnée

Roannais tourisme propose un circuit de randonnée de 11 km à Renaison qui offre un point de vue remarquable sur les barrages. Plus d'infos sur leroannais.com.

+Visiter la Station de traitement des eaux usées

Roannaise de l'Eau vous propose de venir visiter la station de traitement des eaux usées située à Roanne.

Découvrir le traitement biologique

La station de traitement des eaux usées a la particularité de traiter l'ensemble des effluents industriels du roannais en plus des eaux usées domestiques des habitants des communes concernées. Les eaux usées sont traitées selon des processus biologiques à boues activées.

Un parcours pédagogique mis en place autour des différentes phases de traitement de la station vous permettra de découvrir un fonctionnement respectueux de l'environnement.

Infos pratiques

Visite guidée pour les groupes uniquement : de 10 à 25 personnes - Réservation obligatoire

Ouverture : les mardi et jeudi, toute l'année
Durée de la visite : 2h00
Accès : personnes pouvant se déplacer sans difficulté. Prévoir des chaussures fermées et adaptées à la marche.

Visite gratuite

 

Venir à la station

Vous souhaitez faire une demande de visite ? C'est par ici.

 

+Dictionnaire de l'eau

Retrouvez ci-dessous quelques définitions utiles.

Définitions

Affluent : se dit d'un cours d'eau qui se jette dans un autre.

Agences de l’Eau : créées par la loi de 1964 pour lutter contre la pollution industrielle de l’eau et équiper les agglomérations en réseaux de collecte et en station de traitement, les agences de l’eau sont découpées en six bassins hydrographiques. Elles travaillent autour de 4 axes : la gestion et la ressource en eau, la lutte contre la pollution, la préservation des milieux aquatiques, le suivi de la qualité des eaux continentales et littorales.

Assainissement : consiste à collecter, transporter et traiter les eaux usées domestiques et industrielles pour les dépolluer avant de les rejeter dans le milieu naturel.

Barrage : obstacle artificiel au moyen duquel on crée une retenue d'eau, généralement en coupant un cours d'eau.

Bassin versant : correspond à la zone d’alimentation d’un cours d’eau.

Boues d’épuration : déchets produits par une station d’épuration après traitement des effluents liquides. 

Captage : ouvrage utilisé pour l’exploitation ou le recueillement d’eaux de surface ou souterraines.

Contrat de rivières : Programme d'action sur 5 ans destiné à restaurer et à valoriser une rivière et son bassin versant, avec la restauration de la qualité des eaux et des milieux, la mise en valeur des milieux aquatiques, des paysages, la gestion équilibrée des ressources en eau, un programme et une organisation d'entretien, le suivi du contrat.

Cours d’eau : présence et permanence d'un lit naturel dans lequel s'écoule naturellement l’eau : un ruisseau, une rivière, un fleuve.

Crue : élévation du niveau d'un cours d'eau, résultant de pluies abondantes.

Débit réservé : débit minimal obligatoire d'eau réservé à un cours d'eau et nécessaire au fonctionnement des écosystèmes. Il vise à garantir la survie, la circulation et la reproduction des espèces aquatiques.

Eaux brutes : ensemble des eaux superficielles ou souterraines qui peuvent être utilisées en tant que ressource pour la fabrication d'eau potable destinée à la consommation humaine.  L'Eau brute désigne l’eau qui n'a subi aucun traitement et qui peut alimenter une station de production d'eau potable.

Eau potable : désigne une eau que l’on peut boire sans risque pour la santé.

Eaux pluviales : eaux qui proviennent de la pluie.

Eaux usées : eaux ayant été utilisées par l’homme (d’origine domestique, industrielle ou agricole). Ces eaux sont dirigées vers un système d’assainissement pour être traitées avant d’être rejetées au milieu naturel.

Hydroélectrique : qui produit de l'électricité en convertissant l'énergie de l'eau en mouvement.

Imperméable : se dit des éléments qui ne se laissent pas traverser par l’eau, par la pluie.

Inondation : débordement d'un cours d'eau.

Lit : Partie du fond de vallée où s'écoulent les eaux d'un cours d'eau. (On distingue le lit majeur, occupé par les eaux seulement lors des crues, et le lit mineur : permanent.)

Milieux aquatiques : cours d’eau, zones humides, nappes souterraines qui constituent les écosystèmes aquatiques.

Noue : fossé peu profond et large, végétalisé qui recueille provisoirement l'eau, soit pour l'évacuer vers un trop plein, soit pour l'évaporer ou l'infiltrer sur place.

Périmètre de protection : Les activités artisanales, agricoles et industrielles, les constructions y sont interdites ou réglementées afin de préserver la ressource en eau, en évitant des pollutions chroniques ou accidentelles. On peut distinguer réglementairement trois périmètres : le périmètre de protection immédiat (interdiction de toutes activités), le périmètre de protection rapproché (activités restreintes), le périmètre de protection éloigné (pour garantir la pérennité de la ressource).

Produits phytosanitaires : Les produits phytosanitaires sont des produits utilisés pour protéger ou soigner les végétaux (contre les insectes ravageurs, les mauvaises herbes, les champignons pathogènes, les vers de terre, les rongeurs). Une faible partie est absorbée par les plantes, mais la plus grande partie est stockée dans le sol.

Retenue d’eau : hauteur d'eau emmagasinée dans un barrage.

Sécheresse : état du sol ou d'un environnement, correspondant à un manque d'eau sur une période longue.

Tourbière : zone humide, colonisée par la végétation, dont les conditions écologiques particulières ont permis la formation d'un sol constitué d'un dépôt de tourbe. 

Turbidité : caractère plus ou moins trouble de l’eau.

Vanne : dispositif servant à contrôler l'écoulement des eaux d'un barrage ou dans une conduite.

Zone humide : terrains habituellement inondés ou gorgés d'eau de façon temporaire ou permanente.