L'eau, notre métier

Vous êtes ici : Compétences >

Eaux pluviales

+Gérer les eaux de pluie

La gestion des eaux pluviales vise à compenser à la source l’imperméabilisation des sols inhérente aux constructions et à l’aménagement de leurs abords. L’objectif est de réduire le ruissellement et les rejets à l’aval afin de limiter l’impact sur les infrastructures collectives d’assainissement (égouts, collecteurs, ouvrages de stockage ou de traitement) et réduire les risques d’inondation.

Conséquences de l’imperméabilisation

En l’absence de gestion des eaux de pluie, les impacts sont multiples :

  • inondations et coulées de boues ;
  • saturation des réseaux générant des débordements non maîtrisés ;
  • obstruction des ouvrages, envasement et pollution des cours d’eau, des plages et des zones humides.

Cela peut avoir des conséquences parfois dramatiques, menaçant les biens et les personnes. Trop d’imperméabilisation réduit l’humidité des sols, provoque des tassements de sols et peut générer des dégâts sur les constructions.

Minimiser le ruissellement

Réduire le volume des eaux de ruissellement passe par la limitation des surfaces imperméabilisées et la mise en œuvre de techniques favorisant l’infiltration, l’évapotranspiration et le stockage des eaux de pluie.

Plusieurs méthodes existent suivant le contexte et les besoins, en respectant les priorités suivantes :

  • limiter l’emprise au sol des constructions en construisant si possible en hauteur ;
  • aménager les surfaces non bâties en espaces verts de pleine terre ;
  • prévoir des revêtements perméables pour les voies d’accès et parkings tels que gravier, dolomie stabilisée, pavés non rejointoyés, gazons stabilisés ;
  • favoriser la rétention des eaux de pluie par les toitures : toitures végétalisées, toitures terrasses, etc. ;
  • mettre en œuvre des techniques alternatives (noues, bassins secs, tranchées drainantes, puits d’infiltration, jardins de pluie, etc.).

+Schéma directeur de gestion des eaux pluviales

Un schéma directeur de gestion des eaux pluviales a été réalisé en parallèle de l’élaboration du zonage pluvial. Ce schéma directeur a permis d’analyser le fonctionnement actuel de gestion des eaux pluviales sur le territoire de Roannais Agglomération et d’identifier les dysfonctionnements liés aux eaux.

Pourquoi ?

La gestion des eaux pluviales actuelle se fait principalement par le réseau d'assainissement unitaire dans les secteurs urbains qui achemine les eaux pluviales vers la station d’épuration. L’imperméabilisation du territoire a comme impact principal d’engendrer des débordements des réseaux unitaires via les déversoirs d’orage notamment. Pour préserver les milieux récepteurs, parfois sensibles, de ces déversements, il convient d’encadrer l’imperméabilisation des sols, et ce, de manière adaptée au territoire.

Le schéma directeur de gestion des eaux pluviales a pour objectif d’optimiser la gestion des eaux pluviales sur le territoire de Roannaise de l’Eau, afin de :

  • Limiter les risques d’inondations liées au ruissellement ;
  • Préserver les milieux naturels jouant un rôle dans les écoulements superficiels (talwegs et zones d’expansions des crues) ;
  • Préserver la qualité de l’eau en maîtrisant la qualité des rejets pluviaux ;
  • Rester au plus près du cycle de l’eau naturel en privilégiant l’infiltration et le rejet aux eaux superficielles.

Le zonage pluvial a été établi puis soumis à la consultation de la population dans le cadre d’une procédure d’enquête publique d'une durée d'un mois pour permettre d’informer et de recueillir l’avis, les observations et les contre-propositions du public sur ce projet de zonage des eaux pluviales.

Quelles dispositions ?

Le zonage pluvial décrit les principes de gestion des eaux pluviales. L'objectif est de s'assurer de la maîtrise du ruissellement et de privilégier l'infiltration des eaux pluviales. 

Le principe mis en avant pour la gestion des eaux pluviales consistent à les gérer localement, au droit du point de chute de la pluie. Il s’agit donc de limiter l’imperméabilisation du sol, de favoriser l’infiltration sur place (dans le terrain naturel en fonction de sa capacité ou dans un ouvrage de substitution au terrain naturel) et de gérer les pluies très intenses en limitant les débits restitués à l’aval (stockage et restitution à débit limité). Dans le cadre des pluies extrêmes, ce principe permet de réduire de façon significative les volumes déversés sans supprimer cependant les débordements.

Le zonage eau pluviale établit des prescriptions à inscrire dans les plans locaux d'urbanisme (PLU) pour la gestion des eaux pluviales et doivent être respectées pour tout projet de construction* sur le territoire.

* Projet de construction : une maison ou un immeuble neuf mais également un projet de modification (changement de destination de bâtiment existant, extension de bâtiment, accroissement de la surface imperméabilisée).

Prescriptions

Les prescriptions à respecter pour la gestion des eaux pluviales concernent toute personne ayant l’intention de construire des ouvrages imperméables aux eaux pluviales (voiries, terrasses, toitures, piscine…).  Les prescriptions sont différentes suivant qu’on se situe en zone sensible ou en zone peu sensible

  • Zones peu sensibles

La totalité des eaux pluviales issues de la parcelle doivent être infiltrées pour tous les évènements pluvieux jusqu’à l’évènement d’occurrence 10 ans.

  • Zones sensibles

La totalité des eaux pluviales issues de la parcelle doivent être infiltrées pour tous les évènements pluvieux jusqu’à l’évènement d’occurrence 30 ans.

Quel que soit la zone, dans le cas où il a été démontré qu’il était impossible d’infiltrer la totalité des eaux, le demandeur cherchera à infiltrer la pluie mensuelle de 10 mm. Les excédents d’eau seront alors stockés par des ouvrages de rétention pour tous les évènements pluvieux. Les débits de fuite seront envoyés vers  le milieu naturel ou le cas échéant dans le réseau d'assainissement.

+Boîte à outils pour gérer les eaux pluviales

La mise en place de dispositifs de gestion des eaux pluviales à la parcelle permet :

  • De responsabiliser les propriétaires des parcelles vis-à-vis de la gestion de leurs eaux pluviales ;
  • De se rapprocher ou retrouver un cycle de l’eau naturel en privilégiant l’infiltration des eaux pluviales (qui compense en partie l’imperméabilisation des sols due à l’urbanisation) et le rejet aux eaux superficielles ;
  • En secteur de réseau unitaire, de préserver la qualité des eaux superficielles en limitant les rejets d’eaux pluviales au réseau ce qui doit permettre de limiter les déversements d’effluents unitaires aux eaux superficielles via les déversoirs d’orage.

Afin de vous faciliter le dimensionnement des ouvrages, Roannaise de l'Eau met à votre disposition une feuille de calcul à télécharger plus bas.

Quelques techniques de gestion des eaux de pluie

Noue

Une noue est une dépression du sol servant au recueil, à la rétention, à l’évacuation et à l’infiltration des eaux pluviales (fossé). Peu profonde, temporairement submersible, avec des rives en pente douce, elle est le plus souvent aménagée en espace vert, mais pas exclusivement.

Bassin sec (ou de rétention)

La fonction essentielle du bassin sec est de stocker à l’air libre les eaux pluviales. Il a pour rôle de réduire le ruissellement des eaux pluviales à l’aval.

Tranchée drainante

Ouvrage linéaire, profond d’un à deux mètres, la tranchée drainante est assimilable à un fossé rempli d’une structure granulaire, recouvert ou non d’un revêtement.

Puits d'infiltration

La fonction essentielle du puits est d’amener les eaux de ruissellement vers un sol perméable. L’eau s’infiltre dans le sol par le fond du puits et les parois latérales. Il est souvent choisi dans le cas d’un sol dont les couches de surface sont imperméables mais possédant un sous-sol perméable.

Cuve de rétention

Elle est destinée au stockage temporaire des eaux de très fortes pluies qui sont ensuite évacuées vers l’exutoire à débit régulé de manière à ne pas surcharger le réseau aval au moment où la crue est la plus forte. Ce volume stocké temporairement ne doit pas être confondu à celui récupéré en vue de sa réutilisation.

Bien d'autres techniques existent, cette liste n'est pas exhaustive :

  • récupération des eaux de pluie pour arroser,
  • toiture ou mur végétalisés,
  • jardin de pluie...

 

Plus d'infos : http://www.graie.org/graie/TA_FreinsAvantages.html

 

Voici l'exemple d'un jardin de pluie au Coteau :

+Sensibilisation du grand public

Des panneaux pédagogiques

8655194927_178_p1090487-min.jpg

Afin d'améliorer la visibilité et la compréhension des ouvrages de gestion des eaux pluviales vis-à-vis du grand public, Roannaise de l'Eau, en collaboration avec les communes du territoire, a lancé une campagne de sensibilisation par l'implantation de panneaux pédagogiques afin d'identifier les ouvrages gérant les eaux pluviales.

A ce jour, 26 ouvrages de gestion des eaux pluviales sont valorisés par des panneaux en forme de nuage. Ces panneaux ont été implantés sur 7 communes du territoire (Commelle-Vernay, Le Coteau, Lentigny, Mably, Roanne, Saint Alban les Eaux, Villerest).

Par ailleurs, cette opération sera poursuivie sur d'autres communes.

+Territoires "EAU-RESPONSABLES"

Roannaise de l’Eau s’investit depuis plusieurs années dans la préservation de la ressource en eau et notamment dans un processus visant à réduire les apports d’eaux de pluie dans les réseaux d’assainissement. L’objectif est d’améliorer la qualité des milieux aquatiques et de réduire le risque d’inondation. 

Cette démarche a conduit Roannaise de l’Eau à s’engager auprès de l’Association Internationale pour l’Eau (IWA) en signant la Charte Territoires ‘‘Eau Responsables’’ le 26 septembre 2017.

Véritable livre blanc, cette charte constitue un cadre pour aider les collectivités à élaborer et mettre en oeuvre leur stratégie en matière de gestion de l’eau, selon des principes structurés.

>> Accéder à la charte

 

Roannaise de l'Eau encourage ses partenaires à s'engager

Roannaise de l’Eau souhaite développer une véritable prise de conscience collective des décideurs roannais sur la nécessité de préserver la ressource en eau. C’est pourquoi le syndicat appelle l’ensemble de ses partenaires à signer cette charte et à s’engager à leur tour dans cette même démarche.

A ce jour, 15 communes roannaises se sont engagées : Voir sur la carte

Ambierle, Commelle-Vernay, Le Coteau, Lentigny, La Pacaudière, Mably, Pouilly-les-Nonains, Riorges, Saint-Alban-Les-Eaux, Saint-André-d’Apchon, Saint-Haon-le-Châtel, Saint-Haon-Le-Vieux, Saint-Germain-Lespinasse, Saint-Romain-La-Motte, Villerest.

L’engagement de Roannaise de l’Eau sur la voie des territoires « eau-responsables » s’inscrit dans la dynamique initiée par le Graie, avec le soutien de l’IWA et de la section territoriale de l’Astee* autour des territoires « eau-responsables ». L’objectif est de fédérer les collectivités pour favoriser la mise en œuvre des politiques, des stratégies et des réponses techniques contribuant à une gestion de l’eau urbaine durable.

*Association scientifique et technique pour l'eau et l'environnement

A voir

A consulter sans modération !

Découvrez une web-série drôle et décalée sur le thème très sérieux de l'eau : "Méli Mélo, démêlons les fils de l'eau".