L'eau, notre métier

Vous êtes ici : Compétences >

Eaux pluviales

+Gérer les eaux de pluie

La gestion des eaux pluviales vise à compenser à la source l’imperméabilisation des sols inhérente aux constructions et à l’aménagement de leurs abords. L’objectif est de réduire le ruissellement et les rejets à l’aval afin de limiter l’impact sur les infrastructures collectives d’assainissement (égouts, collecteurs, ouvrages de stockage ou de traitement) et réduire les risques d’inondation.

Conséquences de l’imperméabilisation

En l’absence de gestion des eaux de pluie, les impacts sont multiples :

  • inondations et coulées de boues ;
  • saturation des réseaux générant des débordements non maîtrisés ;
  • obstruction des ouvrages, envasement et pollution des cours d’eau, des plages et des zones humides.

Cela peut avoir des conséquences parfois dramatiques, menaçant les biens et les personnes. Trop d’imperméabilisation réduit l’humidité des sols, provoque des tassements de sols et peut générer des dégâts sur les constructions.

Minimiser le ruissellement

Réduire le volume des eaux de ruissellement passe par la limitation des surfaces imperméabilisées et la mise en œuvre de techniques favorisant l’infiltration, l’évapotranspiration et le stockage des eaux de pluie.

Plusieurs méthodes existent suivant le contexte et les besoins, en respectant les priorités suivantes :

  • limiter l’emprise au sol des constructions en construisant si possible en hauteur ;
  • aménager les surfaces non bâties en espaces verts de pleine terre ;
  • prévoir des revêtements perméables pour les voies d’accès et parkings tels que gravier, dolomie stabilisée, pavés non rejointoyés, gazons stabilisés ;
  • favoriser la rétention des eaux de pluie par les toitures : toitures végétalisées, toitures terrasses, etc. ;
  • mettre en œuvre des techniques alternatives (noues, bassins secs, tranchées drainantes, puits d’infiltration, jardins de pluie, etc.).

+Techniques alternatives

Exemples de technique de gestion intégrée

Noue

Une noue est une dépression du sol servant au recueil, à la rétention, à l’évacuation et à l’infiltration des eaux pluviales (fossé). Peu profonde, temporairement submersible, avec des rives en pente douce, elle est le plus souvent aménagée en espace vert, mais pas exclusivement.

Bassin sec (ou de rétention)

La fonction essentielle du bassin sec est de stocker à l’air libre les eaux pluviales. Il a pour rôle de réduire le ruissellement des eaux pluviales à l’aval.

Tranchée drainante

Ouvrage linéaire, profond d’un à deux mètres, la tranchée drainante est assimilable à un fossé rempli d’une structure granulaire, recouvert ou non d’un revêtement.

Puits d'infiltration

La fonction essentielle du puits est d’amener les eaux de ruissellement vers un sol perméable. L’eau s’infiltre dans le sol par le fond du puits et les parois latérales. Il est souvent choisi dans le cas d’un sol dont les couches de surface sont imperméables mais possédant un sous-sol perméable.

Cuve de rétention

Elle est destinée au stockage temporaire des eaux de très fortes pluies qui sont ensuite évacuées vers l’exutoire à débit régulé de manière à ne pas surcharger le réseau aval au moment où la crue est la plus forte. Ce volume stocké temporairement ne doit pas être confondu à celui récupéré en vue de sa réutilisation.

Bien d'autres techniques existent, cette liste n'est pas exhaustive :

  • récupération des eaux de pluie pour arroser,
  • toiture ou mur végétalisés,
  • jardin de pluie...

 

Plus d'infos : http://www.graie.org/graie/TA_FreinsAvantages.html

+Zonage eaux pluviales

Roannaise de l’Eau a réalisé le zonage eaux pluviales pour le territoire de l’agglomération roannaise. C’est une obligation réglementaire. Il s’agit d’établir les prescriptions à inscrire dans les Plan Local d'Urbanisme (PLU) pour la gestion des eaux pluviales ; elles doivent être respectées par tout projet de construction sur le territoire.

Par projet de construction on entend une maison ou un immeuble neuf mais également un projet de modification (changement de destination de bâtiment existant, extension de bâtiment, accroissement de la surface imperméabilisée…). Ce zonage a été établi à partir du schéma directeur de gestion des eaux pluviales (SDGEP) réalisé par Roannaise de l’Eau.

Pourquoi deux enquêtes publiques ?

Pour permettre d’informer et de recueillir l’avis, les observations et les contre-propositions du public sur ce projet de zonage des eaux pluviales, une enquête publique d’une durée d’un mois est réalisée.

Accéder à l'enquête publique ici.

Cette enquête concerne 40 communes du roannais et a été scindée en deux pour une meilleure couverture du territoire : entre un secteur nord et un secteur sud.

Secteur nord : Ambierle, Changy, la Pacaudière, le Crozet, Mably, Noailly, Riorges, Sail les Bains, Saint Bonnet des Quarts, Saint Forgeux Lespinasse, Saint Germain Lespinasse, Saint Haon le Chatel, Saint Haon le Vieux, Saint Martin d’Estreaux, Saint Romain la Motte, Urbise et Vivans.

Secteur Sud : Arcon, Combre, Commelle-Vernay, Coutouvre, Le Coteau, Lentigny, Les Noes, Montagny, Notre Dame de Boisset, Ouches, Parigny, Perreux, Pouilly les Nonains, Renaison, Roanne, Saint Alban les Eaux, Saint André d’Apchon, Saint Jean Saint Maurice, Saint Léger sur Roanne, Saint Rirand, Saint Vincent de Boisset, Villemontais, Villerest.

Qui est concerné ?

Les prescriptions à respecter pour la gestion des eaux pluviales concernent toute personne ayant l’intention de construire des ouvrages imperméables aux eaux pluviales (voiries, terrasses, toitures, piscine, …). Lorsqu’un projet concerne l'extension d’un bâtiment ou l'imperméabilisation d’une partie du terrain, il a été décidé que l’ensemble du terrain devait faire l’objet d’une gestion des eaux pluviales. Cette décision a été prise afin d’accélérer la mise en place d’ouvrages de gestion des eaux pluviales sur le territoire.

Généralités

A consulter sans modération !

Découvrez une web-série drôle et décalée sur le thème très sérieux de l'eau : "Méli Mélo, démêlons les fils de l'eau".